Comment s’entraîner et devenir un pro du cyclisme sur route ?

Jaimepaslasalade.comSportComment s’entraîner et devenir un pro du cyclisme sur route ?

Le cyclisme sur route, est un sport populaire que l’on voit à la télévision. Un sport qui s’effectue sur les bords des routes, c’est l’un des sports les plus ancien au monde. Qu’il soit pratiqué en groupe ou seul, il permet de découvrir de nouveaux horizons, se surpasser et s’aérer l’esprit. Vous vous en doutez, c’est un sport complet, il entretient la ligne, muscle les jambes pour une endurance de folie ! Dans cet article, vous apprendrez tout ce qu’il y a à savoir sur ce sport et comment progresser et devenir un pro du cyclisme sur route.

Quelles sont les différentes épreuves du cyclisme sur route ?

Les épreuves sur route prennent différentes formes, nous allons voir les différentes caractéristiques de chaque épreuve. La première est la course sur route, elle a lieu généralement sur les routes publiques et sur des distances variables. Pour cette épreuve, un circuit routier est établi au préalable pour la sécurité des athlètes. Tous les participants entament ensemble la course. Et le gagnant est celle ou celui qui arrive à finir la course en premier. La course contre la montre individuelle consiste à ce que chaque cycliste chronomètre ses performances sur une distance entre 3 et 40 km. La course contre la montre par équipe, comme son nom l’indique, ce sont des équipes de 2 à 6 joueurs environ, qui prennent un seul départ et c’est l’équipe qui franchira la distance le plus rapidement qui gagnera. Il y a également le sprint parallèle, une épreuve qui se déroule sur un terrain composé de deux couloirs entre 100 m et 1 km. Les 2 participants démarrent en même temps et doivent traverser ce couloir le plus rapidement possible. Et enfin, il y a le sprint simple que l’on connaît tous, une course sur une distance entre 300 m et 500 m. Selon les terrains, la course peut-être composée de 4 et 7 joueurs. Le parcours se doit d’être une ligne droite.

Quelles sont les différentes zones d’intensité du cyclisme de route ?

Avant de parler pratique, il est important de savoir qu’il existe différentes zones d’intensité, sept pour être exacte. La première, dite légère, est la zone d’intensité la plus faible, après ce type d’effort, vous ne trouverez aucune douleur musculaire. La fatigue devrait se ressentit au bout de plusieurs heures, et pédaler se fait en décontraction complète. La deuxième zone est dite moyenne, pour celle-ci aucune douleur musculaire également et la fatigue devrait se ressentir au bout de 3,4 heures maximum. La zone 3, dite soutenue, et la zone qui marque le début des douleurs musculaires. La zone 4,  » critique  » vous devrez ressentir les douleurs musculaires qui augmentent, mais cela reste supportable, mais pour les personnes non-entraînées, l’épuisement devrait se ressentir au bout de 20 minutes seulement. La zone 5 décrite comme sur-critique, l’épuisement survient au bout de 10 minutes maximum. Ensuite, nous avons la zone 6 qui est un sous-max, cette dernière doit être effectuée en sprint de 30 secondes, la souffrance y est extrême, vous pourrez même avoir des nausées. Et enfin la zone 7 dite maximale, un exercice sans douleur musculaire, car il est trop court pour en avoir. Vous devez être en apnée durant ce dernier ce qui pourrait entraîner une hyperventilation par la suite.

Quelques règles pour progresser au cyclisme de route

Beaucoup d’athlètes pensent qu’il est mieux d’aller rouler même quand on est trop fatigué ou qu’on n’en a pas envie. Mais ce que vous ne savez pas, c’est que la récupération et l’une des parties les plus importantes de l’entraînement, car tous les bénéfices de votre entraînement se font en se reposant. On ne peut tirer pleinement profit d’un entraînement, que si nous laissons notre corps le temps d’assimiler l’entraînement question, c’est-à-dire de récupérer ! Il en existe généralement deux types :

  • L’entraînement long ;
  • L’entraînement court.

Pour un entraînement d’une longue durée (3 à 4 h), il vous faudra 2 à 3 jours pour que le vôtre corps soit rétabli. Si au contraire, c’est un entraînement court (1 à 2 h) votre corps aura besoin de 24 heures, car n’oubliez pas, que lorsque vous ne récupérez pas suffisamment, vous bloquez votre progression. Après votre effort, vos réserves seront vidées et votre organisme devra s’adapter est constitué un niveau supérieur, ce qui créera un sur-entraînement, et peut-être très dangereux pour votre corps. Alors n’oubliez jamais de prévoir des phases de repos entre tous vos entraînements, en les régulant selon l’intensité de vos efforts.